Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les acouphènes peuvent être liés à une pathologie, mais pas systématiquement. Ils peuvent être permanents, intermittents, variables ou temporaires. On distingue différentes appellations en fonction de la tonie perçue par le sujet acouphénique : le tintement, le bourdonnement, le chuintement, le sifflement, ou des sons purs comme des notes de musique. Selon différentes études, le nombre de personnes atteintes d'acouphènes serait très important (300 à 500 000 personnes en France souffriraient d'acouphènes définitifs, 2 à 3 millions d'acouphènes chroniques, chiffres du président de France Acouphène1). Une enquête au Royaume-Uni en 1981 révélait que 17 % de la population souffrait d'acouphènes.

Le ou les bruits perçus peuvent avoir des niveaux divers. Selon les cas, les personnes atteintes peuvent endurer des bruits d'intensité plus ou moins élevée, allant d'un simple rasoir électrique à une tondeuse à gazon ou à un réacteur d'avion. Ceux-ci peuvent s'accompagner (ou non) de surdité, d'hypersensibilité aux sons extérieurs (l'hyperacousie coprésente dans 40 % des cas) ou d'hyposensibilité (l'hypoacousie). Ils ne s'accompagnent généralement pas de lésions du tympan. Les acouphènes peuvent être unilatéraux ou bilatéraux, selon ce qui les a provoqués. Ils peuvent en effet avoir différentes causes : souvent dus au vieillissement de l'oreille (donc, chez les sujets âgés et fréquemment des deux côtés), ils peuvent être dus à une tumeur, notamment un neurinome (unilatéralement le plus souvent, chez des sujets de tous âges), mais ils peuvent aussi survenir à n'importe quel âge après un traumatisme auditif, un choc infectieux ou viral. Les chocs auditifs sont en forte augmentation, notamment chez les jeunes : le choc peut être dû à une déflagration (tir d'arme à feu, jet de pétard, feu d'artifice, moteur à échappement libre), à une exposition violente ou trop répétée à des bruits très forts, dans les boîtes de nuit, lors d'un concert ou d'une rave, en écoutant un baladeur, sur un lieu de travail très bruyant, au cours d'une réception où tout le monde parle très fort et en tout lieu public où sont placés des haut-parleurs qui, généralement, sont réglés au maximum. Si dans toutes ces situations où le bruit est nocif, le risque de surdité est connu, celui des acouphènes est assez méconnu et n'en est que plus redoutable.

Pour toute sensation de perte auditive brusque ou tout traumatisme auditif qui déclenche des sifflements ou des bourdonnements, il est impératif de se présenter très rapidement à un service d'urgence (dans les 6 à 12 heures qui suivent) afin qu'un traitement adapté soit appliqué tel que par exemple : hémodilution, oxygénation hyperbare et vasodilatateurs.

Pour les personnes ne souffrant pas d'acouphènes, il est très difficile d'imaginer l'épreuve psychologique que représente le fait de toujours avoir un bruit étranger dans l'oreille. Toute personne ayant assisté à des concerts a probablement perçu ensuite un léger sifflement ; ce sifflement est déjà un acouphène, bien qu'il ne dure généralement que quelques minutes ou quelques heures. Mais la meilleure comparaison que l'on puisse faire est d'imaginer un robinet qui fuit. Si le bruit arrive au moment de s'endormir, le bruit de la petite goutte entrant en collision avec l'évier prend alors des proportions immenses. L'intensité comme la tonalité des acouphènes est variable selon les individus. Chez un même patient, l'intensité des acouphènes varie (de façon plus ou moins prononcée). Il n'est pas rare d'entendre certaines personnes se plaindre de leurs acouphènes à la suite d'une augmentation du niveau d'intensité de celui-ci, alors qu'elles s'étaient "habituées" à leurs acouphènes depuis plusieurs années.

Les acouphènes sont des perceptions auditives et sont analysés par les centres auditifs, puis interprétés par les structures supérieures : le système nerveux à tous les niveaux et à des degrés variables est impliqué dans la genèse des acouphènes. Ceci explique que, lorsque deux patients présentent des acouphènes similaires (de même origine avec la même perte auditive si elle existe, et les mêmes résultats aux épreuves psychoacoustiques), la perception douloureuse est différente, faible pour l'un et insupportable pour l'autre. Si on ne sait pas exactement ce qui cause les acouphènes, la recherche suggère qu'ils résultent de la tentative du cerveau pour compenser la perte d'audition (dans le cas de la destruction de cellules ciliées de la cochlée) en augmentant son activité, ce qui génère des douleurs fantômes ou douleurs de désafférentation. Une autre hypothèse repose sur une dysfonction du système auditif central. Une cause génétique n'est pas exclue.

Voici différentes causes (ou symptômes conjoints) possibles :

  •  
    • Ototoxiques (certains antibiotiques, anti-inflammatoires et traitements de chimiothérapie, dont les plus toxiques sont à base de dérivés des sels de platine7)
    • Traumatisme auditif (concert, discothèque, pétard, feu d'artifice…) : 65 % des cas en France8
    • Surdité brusque
    • Barotraumatisme de l'oreille interne (accident de plongée)
    • Perte auditive
    • Traumatisme crânien (particulièrement après une fracture)
    • Neurinome et tumeur de l'angle ponto-cérébelleux
    • Médicaments et drogues (aspirine, diurétiques, aminoglycosides, quinine…)
    • Problèmes cervicaux et mandibulaires
    • Problèmes dentaires (occlusion dentaire)
    • Infections chroniques
    • Otosclérose
    • Maladie de Menière
    • Hypertension
    • Bouchon (dur) de cérumen
    • Anémie sévère et insuffisance rénale
    • Borréliose (dont maladie de Lyme)
    • Stress, dépression ou soucis
    • Grand état de fatigue généralisée
    • Spasmophilie
    • Problèmes d'orthoptie
    • Béance tubaire, dysfonctionnement de la Trompe d'Eustache

Le problème est aussi bien connu des musiciens. C'est par exemple le cas de Phil Collins, du guitariste des Who Pete Townshend, d'Ozzy Osbourne, Danny Elfman, Barbra Streisand, Eric Clapton et de beaucoup d'autres musiciens.

Prévention:

Les traumatismes auditifs étant une des causes d'acouphènes, il est important de les éviter.Des réglementations existent qui limitent le volume sonore dans les lieux publics (105 dB en France, 90 dB en Belgique) et celui des baladeurs (100 dB en France). Au niveau individuel, il est possible d'utiliser des bouchons avec filtre, moulés ou non. Une protection auditive (casque ou bouchons de mousse) doit être utilisée lorsqu'on se sert d'un outil électrique bruyant (meuleuse d'angle, disqueuse, ponceuse à bande…), en particulier dans un lieu clos, comme une cave. Il suffit de quelques minutes à un niveau sonore trop élevé pour abîmer les cellules ciliées de l'oreille interne et provoquer un acouphène définitif.

Faute de traitement à ce jour, les services de santé devraient mettre l'accent sur la prévention quant aux traumatismes auditifs. À ce sujet, le Royaume-Uni a réellement compris le problème et a engagé des campagnes de prévention. En France, le respect de la législation et le seuil acceptable de décibels sont souvent bafoués et ne sont pas vérifiés dans les lieux publics (notamment dans les boîtes de nuit, pubs et concerts). La recherche dans ce domaine reste balbutiante, faute de moyens financiers et humains.

Diagnostic:

Les acouphènes peuvent être un symptôme d'alerte de l'atteinte auditive, mais lorsqu'ils perdurent au-delà de quelques mois, ils constituent une véritable maladie algique. Ne pouvant être entendus par une autre personne, seule la personne touchée peut témoigner de son mal. De ce fait, ils sont difficiles à diagnostiquer et encore mal connus. Dans certains cas consécutifs à une surdité totale unilatérale, ces acouphènes sont dits périphériques lorsqu'ils sont localisés au niveau de l'oreille lésée. Après un délai variable, ils se centralisent et deviennent des acouphènes chroniques perçus dans un hémisphère cérébral ou les deux. Les chirurgies de section nerveuse du nerf vestibulocochléaire n'ont pas montré de résultats et ont été abandonnées. Pour un nombre important de patients, ils représentent une véritable douleur chronique dite de désafférentation, par défaut d'afférence vers l'aire auditive du côté concerné.

Lorsqu'un patient décrit ce symptôme, il arrive parfois que les otorhinolaryngologistes (ORL) effectuent des recherches de surdité et estiment de façon erronée que l'absence de perte auditive équivaut à une absence de problème quelconque. Or les acouphènes ne s'accompagnent pas obligatoirement de perte auditive (surtout lorsqu'ils restent à un niveau mineur). Les acouphènes sont parfois accompagnés de vertiges, d'autant plus, s'ils ont été causés par un traumatisme auditif.

Solutions et traitements:

Selon certains médecins, dans 75 à 80 % des cas, les acouphènes sont plus ou moins tolérés : certains parlent d'habituation neuro-psychologique. Dans les 25 % de cas restants, les acouphènes sont intolérables, allant jusqu'à une forte détérioration de la vie quotidienne, de la concentration et du sommeil. Il n'existe pas de traitement des acouphènes permettant de les guérir automatiquement, mais différentes thérapies et surtout des comportements à adopter permettent de les diminuer ou de s'y adapter. Le manque de sommeil est, avec le stress, l'une des causes essentielles de l'augmentation de l'intensité d'un acouphène.

Les solutions envisageables sont alors les suivantes:

Des attitudes personnelles : prendre conscience que plus on prête attention aux acouphènes et plus on essaie de lutter contre eux, plus ils deviennent gênants. Il faut alors éviter le silence (par exemple avec une musique de fond relaxante), ne pas s'isoler et développer ses contacts extérieurs. Le but étant simplement d'essayer de « vivre avec eux », dans l'attente de traitements efficaces. Ces solutions intéressantes pour les patients sont considérées par les médecins démunis comme des moyens inefficaces de combler un vide thérapeutique.

Après consultation d'un médecin ORL, on pourra recourir :

aux thérapies cognitivo-comportementales qui ont un rôle essentiel et complémentaire des autres thérapies : soutien psychiatrique (dont la thérapie de groupe), consultation de la douleur, sophrologie ; l'hypnose apporte un soulagement dans 65 à 75 % des cas selon certains médecins. Actuellement les thérapie cognitivo-comportementale et l'EMDR Eye movement desensitization and reprocessing sont les deux psychothérapies reconnues par la Haute Autorité de santé (HAS). Appliquées à la prise en charge psychosomatique des troubles ORL chroniques dont les acouphènes occupent une grande part, elles apportent un soulagement. Depuis 1999, l'EMDR utilisée pour une prise en charge des acouphènes lorsque la chronicité est due à l'existence d'un stress post-traumatique apporte de très bons résultats[réf. nécessaire]. À elle seule, elle ne suffit pas. Elle s'associe de façon intégrative à d'autres pratiques comme l'hypnose, la Mindfullness, les techniques de relaxation visant à diminuer l'anxiété. Cela demande du temps et la participation du patient sur le terrain du changement. Ces méthodes ont une réelle efficacité quel que soit le degré de sévérité initial des acouphènes.

Certains traitements sont prescrits, ils comprennent les vasodilatateurs, les anxiolytiques, et les antidépresseurs. Certains antiépileptiques qui atténuent plus ou moins ces douleurs centrales; permettent de retrouver le sommeil et de passer le cap difficile des premiers mois ; toutefois, 90 % des médecins sont insatisfaits quant à l'efficacité de ces médicaments.

L'ensemble des études sur les « générateurs de sons », qui ont pour fonction de masquer l'acouphène ou de produire une adaptation, ne permet pas de conclure à l'efficacité de ces thérapies. Les membres du groupe Cochrane spécifient que cette absence de preuves solides ne devrait pas être interprétée comme la preuve d'une absence d'effet. Les deux principaux facteurs expliquant le manque de preuves solides sont peut-être dus à la mauvaise qualité des études.

L'usage courant de thérapies-conseil en concomitance avec les traitements acoustiques (sound therapy), qui ne permet pas de mesurer l'effet de la thérapie acoustique seule. D'après le groupe Cochrane, un tel traitement combinant l'émission de sons et une thérapie cognitive-comportementale a fait la preuve d'une efficacité considérable dans une étude rigoureuse sur 123 patients. Plusieurs études similaires mais ne suivant pas rigoureusement le protocole n'ont pas été incluses dans cette méta-analyse Cochrane. La Tinnitus Retraining Therapy25 associe une formation du patient sur les mécanismes de l'acouphène à une thérapie acoustique qui, selon le gravité de l'acouphène consistera en la pose d'une prothèse auditive (ou un implant cochléaire si nécessaire), la pose de générateurs de sons à large bande de faible volume ou l'enrichissement de l'environnement sonore.

Certains acouphènes sont directement liés à une dislocation de la mandibule se caractérisant par un claquement de la mâchoire. Le patient pourra, dans ce cas, consulter un stomatologue, afin de remettre la mâchoire en place et ainsi tenter de réduire l'intensité de ses acouphènes. Parfois les acouphènes sont dus à un dysfonctionnement de l'occlusion dentaire : les dents de la mâchoire supérieure ne « s'emboîtent » pas correctement avec les dents de la mâchoire inférieure. Cela se répercute sur l'articulation temporo-mandibulaire ainsi que sur l'équilibre ostéopathique des plaques osseuses crâniennes. L'ostéopathie est indiquée dans ces cas-là mais il n'est pas garanti d'obtenir des résultats.

Traumatisme sonore aigu

Le traitement d'urgence « standard » lors d'un traumatisme sonore aigu (TSA) entraînant des acouphènes est à base de corticoïdes et stimulant dopaminergique. À partir du moment où le son perçu commence à diminuer en intensité, c'est que le patient est en bonne voie de guérison.

Cas particulier : l'acouphène objectif

 Il s'agit d'un bruit anormal qui peut être perçu par un autre sujet que celui qui se plaint d'acouphène. L'acouphène objectif peut résulter de spasmes musculaires qui causent des clics ou crépitements autour de l'oreille moyenne. L'acouphène objectif correspondant à un son non pulsatile est lié à un fonctionnement perturbé des cellules ciliées externes de la cochlée. L'observation d'un tel acouphène, audible de l'extérieur, est en partie à l'origine de la découverte des Oto Emissions Acoustiques (OEA) par Kemp et Wilson. Certaines personnes éprouvent un son rythmé. Quand il correspond au rythme du pouls (acouphène pulsatile), il est généralement de nature objective, résultant d'une perception d'un bruit induit par une turbulence anormale de l'écoulement du sang dans une veine ou une artère près de l'oreille (athérosclérose ou problème veineux). Une hypersensibilité du sujet peut rendre le phénomène plus conscient, le problème pouvant alors pour partie être « subjectif » (prise de conscience accrue de la circulation sanguine dans l'oreille).

En cas d'acouphène, consultez rapidement un ORL.

Les liens:

France Acouphènes

Afrepa


Partager cette page

Repost 0
Published by

Nos laboratoires

Essonne - 91

 

Athis-Mons

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

46 Avenue François Mitterrand-RN7 

91200 Athis-Mons

Tel: 01 60 48 79 79 ‎

 

Brunoy

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

8 Place Mairie 

91800 Brunoy

Tel: 01 60 46 18 18

 

Draveil

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

115 boulevard Henri Barbusse

91210 Draveil

Tel: 01 69 00 80 08

 

Corbeil-Essonnes

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

8 rue de Paris

91100 Corbeil-Essonnes

Tel: 01 60 88 15 07

 

Longjumeau

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

133 Rue du Président François Mitterrand

91160 Longjumeau

Tel: 01 69 10 00 24 ‎

 

Ris-Orangis

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

4 bis route de Grigny

91130 Ris-Orangis

Tel: 01 69 43 00 11

 

Sainte Geneviève des Bois

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

4 rue Gabriel Peri – Place de la Gare

91700 Sainte Geneviève des Bois

Tel: 01 60 16 72 54

Savigny Sur Orge

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 91 (Essonne)

203 Boulevard Aristide Briand

91600 Savigny Sur Orge

Tel: 01 69 40 25 40

 

Hauts de Seine - 92

 

Antony

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 92 (Hauts-de-Seine)

80 Avenue Division Leclerc-RN20

92160 Antony

Tel: 01 46 68 07 08 ‎

 

Bourg-La-Reine

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 92 (Hauts-de-Seine)

109 Avenue du Général Leclerc

92340 Bourg-La-Reine

Tel: 01 41 36 00 40

 

Clamart

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 92 (Hauts-de-Seine)

97 avenue Jean Jaurès

92140 Clamart

Tél : 01 47 36 30 32

 

Val de Marne - 94

 

Choisy-Le-Roi

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 94 (Val-de-Marne)

12 rue Louise Michel

94600 Choisy-Le-Roi

Tel: 01 48 52 32 62 ‎

 

Créteil

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 94 (Val-de-Marne)

39 rue du General Leclerc 

94000 Créteil

Tel: 01 48 99 09 04 ‎

 

Saint-Maur-des-Fossés

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 94 (Val-de-Marne)

9 avenue de la République

94100 Saint-Maur-des-Fossés

Tél: 01 48 75 12 64

 

Villejuif

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 94 (Val-de-Marne)

122 Rue Jean Jaurès

94800 Villejuif

Tel: 01 53 14 01 69 ‎

 

Vitry-sur-Seine

Audition Marc Boulet, audioprothésiste 94 (Val-de-Marne)

32 Avenue Paul Vaillant-Couturier

94400 Vitry-sur-Seine

Tel: 01 46 82 16 81 ‎

Rechercher

Lyric de Phonak

hand lyric

Liens